Salut, nous allons voir ensemble comment prévenir les risques de troubles du cerveau à cause d’un stress trop important.

Nous allons aborder aussi les risques liés au stress sur notre cerveau

Les risques d’un excédant de stress dans le cerveau.

De nombreux travaux de neurosciences montrent qu’une exposition à un stress chronique affecte l’hippocampe.

Le siège de la mémoire et des émotions.

Une neurotoxicité qui explique les troubles de mémoire chez les dépressifs.

Certains travaux scientifiques suggèrent également que la dépression affecte la genèse de nouveaux neurones.

Une perte cellulaire qui contribue à l’apparition de troubles cognitifs, émotionnels et mnésiques.

Et plus la dépression est résistante, plus les effets neurotoxiques sont observés.

Une étude française réalisée par le Pr Philip Gorwood a montré que l’importance des troubles cognitifs dépend du nombre d’épisodes dépressifs.

Mais bonne nouvelle cette neurotoxicité n’est pas définitive.

Un traitement antidépresseur adapté permet de bloquer les effets neurotoxiques du stress.

Ils suggèrent également qu’une prise en charge précoce de la dépression permettrait de diminuer ces effets.

Et pourquoi ne pas agir avant l’apparition de la dépression ?

S’attaquer directement au stress ?

Il est possible de prévenir ou compenser la perte de synapses.

Le cerveau s’adapte à son environnement.

S’il est souvent sollicité, il formera de nouveaux réseaux neuronaux. Sinon, il détruira ceux qui sont inutilisés», décrit Karim Benchenane.

Cet article me parait vraiment pertinent, vous pouvez le consulter sur le figaro.fr.

Je trouve que cet article est simple et rapide au sujet de la compréhension des risques du stress dans le cerveau.

symptômes émotionnels : sensibilité et nervosité accrues, crises de larmes, angoisse, excitation, tristesse, sensation de mal-être, dyspnée etc….

Prévenir les risques de troubles dus au stress dans le cerveau

  • positiver. Toute situation de stress est à considérer comme une expérience d’apprentissage ;
  • choisissez. On ne peut pas tout régler en même temps ;
  • objectivez. Est-ce si stressant ? C’est le moment de mobiliser vos souvenirs, de visualiser une image agréable, qui vous calmera ;
  • communiquez. Parlez de votre stress, ne le dissimulez pas par crainte d’être jugé ;
  • acceptez-vous et acceptez les autres. Personne n’est parfait. Admettez l’erreur ;
  • liez-vous. Le soutien familial et social est primordial ;
  • apprenez de vos erreurs ;
  • adoptez une autodiscipline… Faites-vous un planning, optez pour un emploi du temps qui vous correspond, dans votre travail par exemple ;
  • entretenez toutes ces pistes, et surtout, pratiquez.

Concrètement, prenez du temps.

Avoir le temps de s’occuper de soi, c’est choisir de prendre ce temps.

Au moins une heure, seul, sans télévision, sans livre, sans ordinateur, sans téléphone, sans aucune stimulation pour votre cerveau : nagez, méditez, courez, promenez votre chien…

Prenez ce temps dans la journée : vous analyserez mieux votre stress alors que, le soir, vous aurez tendance à ressasser.

Prendre le temps, c’est prendre le contrôle de votre vie.

Il n’y a pas de solution facile, ne vous leurrez pas.

La gestion du stress passe par la relaxation, la « déconnexion » du cerveau, mais cela ne résout pas le problème.

Une autre piste est l’élaboration d’un plan B : même si ce n’est toujours une solution applicable, le simple fait d’y penser et de l’échafauder est extrêmement positif.

Cela vous donne la sensation de contrôler la situation et diminue l’importance de l’agent stressant.

C’est la résilience, la capacité de rebondir.

Attention, il ne s’agit pas d’anticiper systématiquement : le remède serait pire que le mal…

Il faut garder à l’esprit que plusieurs facteurs déterminent le fonctionnement de votre système de réponse au stress et la quantité d’hormones secrétées (la génétique, l’enfance, la personnalité, l’environnement et le niveau de santé).

Vous êtes unique, mais vous n’êtes pas seul : le groupe social auquel vous appartenez vous permet de pratiquer l’entraide, la bonté et le rire.

Oui, riez, cela paraît puéril, mais ça marche.

Vous n’en êtes pas arrivé là où vous êtes seulement parce que votre cerveau sécrète des hormones…

J’ai également trouvé cet article vraiment intéressant, la totalité de l’article se trouve sur investissements-personnels.fr.

Je suis passé sur leur site et ils font du bon travail.

De plus, ils proposent bien d’autres articles pertinents.

Je tiens à vous proposer de lire les articles suivants, il vous serons surement très utile dans vos recherches sur les origines du stress par exemple.

Ou bien peut êtres seriez vous intéressés par les cures de magnésium qui sont efficace dans certains cas.

Il est toujours bon de savoir si on en manque ou pas.

Télécharger maintenant le livre qui ma couté 200 euro !