Salut, dans cet article, nous allons voir comment remédier au stress chronique sans l’usage de médicaments lourds.

Comme ceux que donnent les psychiatres et autres professionnels de la santé.

Nous allons voir également les signaux d’alarme à prendre en compte pour être sur de ne pas se tromper de symptôme.

Nous allons aussi faire le point sur les maladies que le stress chronique peut engendrer.

Et pour finir, nous allons faire un récapitulatif des choses à faire qui sont essentielles pour maintenir un bon taux de stress au quotidien (plus d’excès).

Quels sont les premiers symptômes du stress ?

  • Les tensions musculaires (tensions, douleurs et fatigue musculaires) représentent le signe le plus caractéristique du stress chronique.
  • Ce phénomène est dû à l’imprégnation d’adrénaline qui nous prépare à bondir, à fuir devant le danger.
  • Autrefois, ces réactions servaient à faire face aux situations dangereuses, voire mortelles.
  • Aujourd’hui, ce sont les problèmes sociaux, professionnels ou familiaux qui font resurgir le stress.
  • Les troubles du sommeil : les personnes stressées dorment de plus en plus mal, jusqu’à ce que ce signe indique clairement une dépression (manque d’envie de se lever le matin, sommeil perturbé en 2e partie de nuit, perte de l’estime de soi, perte de confiance en soi, tristesse…).
  • La fatigue.
  • L’anxiété, l’énervement.
  • Les troubles de l’humeur et le repli sur soi : de nombreuses petites perturbations comme la perte de l’envie de rire, l’humour qui décline, le passage du rire aux larmes, le manque d’entrain, la baisse d’enthousiasme, les difficultés à se lever le matin pour aller au travail, etc.
  • La baisse de libido : lorsqu’une personne n’a plus envie de faire l’amour au sein d’un couple, alors que tout va bien par ailleurs, c’est peut-être un signe de stress.

Les signes du stress aigu

Il existe également toute une série de symptômes qui correspondent au stress aigu :

  • La diarrhée, par exemple chez un étudiant avant de passer son examen,
  • Les maux de tête, surtout chez les femmes,
  • La bouche sèche, avant de passer un examen oral par exemple,
  • Une accélération de la respiration,
  • Une perte de l’appétit, etc.

Nous pouvons classer cela dans les signaux d’alarme que votre corps vous envoi pour vous dire qu’il souffre d’un excédent de stress.

Bien qu’il puisse y en avoir d’autres, une bonne partie des effets du stress chronique se trouvent ci-dessus.

J’ai trouvé cet article sur un site vraiment remarquable, allez faire un tour sur e-santé.fr.

Ils connaissent bien le domaine du stress et de la santé en général.

Que se passe-t-il lorsque vous subissez un stress chronique ?

Sharon Bergquist

Sharon Bergquist, professeur de médecine à l’Université d’Emory, explique ce qui se produit dans votre corps lorsque vous êtes soumis à un stress chronique.

Imaginons que vous perdez votre emploi ou que vous souffrez de stress post-traumatique (ESPT) en raison d’abus que vous auriez subis étant enfant.

Des hormones du stress sont libérées en trop grandes quantités, bien trop souvent.

Votre réponse au stress est déséquilibrée ; elle ne s’arrête plus. Votre système immunitaire en souffre, et des changements épigénétiques apparaissent rapidement.

Le stress provoque une inflammation systémique de faible intensité, et soudainement votre pression artérielle augmente, votre asthme s’enflamme et vous attrapez rhume sur rhume.

Les coupures superficielles ne semblent pas vouloir cicatriser, et votre peau est une catastrophe.

Vous dormez mal et, d’un point de vue émotionnel, vous vous sentez au bord de l’épuisement.

C’est à ce moment que vous réalisez que vous avez pris du poids, et que vous souffrez aussi de troubles digestifs. Même votre vie intime en souffre.

Le stress affecte clairement tout votre corps, mais d’après le neurobiologiste Robert Sapolsky dans le documentaire « Stress :Portrait d’un tueur », les problèmes de santé suivants sont les plus couramment provoqués ou aggravés par le stress :

Maladies cardiovasculaires Hypertension Dépression
Anxiété Troubles sexuels Stérilité et cycles irréguliers
Rhumes fréquents Insomnie et fatigue Troubles de la concentration
Pertes de mémoire Modification de l’appétit Problèmes digestifs et dysbiose

Comment le stress perturbe vos intestins.

Le stress chronique (et d’autres émotions négatives telles que colère, anxiété et tristesse) peuvent déclencher des symptômes et de véritables maladies des intestins.

Voici ce qu’expliquent les chercheurs de Harvard :

« La psychologie s’associe à des facteurs physiques pour provoquer des douleurs et d’autres symptômes au niveau des intestins. Les facteurs psychosociaux influencent véritablement la physiologie des intestins, ainsi que les symptômes.

En d’autres termes, le stress (ou la dépression ou d’autres facteurs psychologiques) peut affecter la mobilité et les contractions du tractus gastrointestinal, provoquer une inflammation, ou vous rendre plus sensible aux infections.

Par ailleurs, la recherche suggère que certaines personnes atteintes de troubles fonctionnels du tractus gastro-intestinal sont plus sensibles à la douleur que d’autres parce que leur cerveau ne régule pas correctement les signaux de douleurs provenant de leur appareil digestif. Le stress peut aggraver une douleur déjà existante. »

La réponse au stress provoque de nombreux effets néfastes dans vos intestins, notamment :

  • La diminution de l’absorption des nutriments
  • La diminution de l’oxygénation des intestins
  • Jusqu’à quatre fois moins d’afflux sanguin vers le système digestif, ce qui ralentit le métabolisme
  • Une division, par 20.000 dans les cas extrêmes, de la production enzymatique des intestins !

Le stress multiplie par 21 le risque d’attaque cardiaque

Les policiers font clairement face à un stress important dans leur travail, et les chercheurs ont démontré qu’ils avaient 21 fois plus de risques de mourir d’une crise cardiaque au cours d’une altercation que pendant des activités de routine.

Cela ne semble pas si surprenant, et pourtant le risque d’attaque cardiaque pendant un entraînement sportif n’est multiplié que par sept.

La différence de risque ne s’explique sans doute pas par la différence d’effort physique entre les deux situations…

C’est le niveau de stress ressenti qui propulse le risque d’attaque à un tel niveau.

Par ailleurs, on observe de plus nombreuses attaques cardiaques et autres problèmes cardiovasculaires le lundi, que les autres jours de la semaine.

Ce « phénomène cardiaque du lundi » est observé depuis déjà un certain temps, et on pense qu’il serait lié au stress du travail.

Pendant les moments de stress, votre corps libère des hormones telles que la norépinéphrine, dont les chercheurs pensent qu’elle peut provoquer la dispersion des biofilms bactériens situés sur la paroi artérielle.

Cette dispersion permet aux dépôts de plaques de se rompre, provoquant ainsi une crise cardiaque.

Le stress contribue aux maladies cardiaques par d’autres moyens également.

En dehors de la norépinéphrine, le corps libère d’autres hormones du stress qui préparent le corps à combattre ou à fuir.

L’une de ces hormones du stress est le cortisol.

Quand le stress devient chronique, le système immunitaire devient de plus en plus insensible au cortisol et, l’inflammation étant partiellement régulée par cette hormone, cette baisse de sensibilité renforce la réponse inflammatoire et rend l’inflammation incontrôlable.

L’inflammation chronique est non seulement un signe distinctif des maladies cardiaques, mais également de nombreuses maladies chroniques.

Le stress en cause dans le diabète et une douzaine d’autres effets graves

Les personnes qui grandissent dans un environnement socio-économique pauvre ont des marqueurs de l’inflammation élevés, notamment l’interleukine 6 (IL6) et la protéine C réactive (CRP). Ils ont également deux fois plus de risques de développer un diabète de type 2 à l’âge adulte, en partie à cause de l’inflammation élevée.

Les personnes ayant subi des abus dans l’enfance ont également tendance à avoir des taux élevés d’inflammation chronique, tout comme les aidants qui s’occupent de proches.

Comme indiqué dans le Science News :

« Les scientifiques cherchent maintenant plus loin, en faisant le tri dans l’activité des gênes qui sont à l’origine de l’inflammation et de la déconnexion du récepteur. Par exemple, un stress de l’enfance pourrait, par des changements épigénétiques, s’intégrer aux cellules immunitaires appelées les macrophages – altérations qui affectent les niveaux d’activité des gênes sans changer l’ADN sous-jacent. »

Un stress prolongé peut également endommager les cellules du cerveau et affecter la mémoire.

Les cellules du cerveau de rats stressés sont beaucoup plus petites, en particulier dans la région de l’hippocampus, qui est le siège de l’apprentissage et de la mémoire.

Le stress perturbe les systèmes neuroendocrinien et immunitaire et engendre un processus dégénératif du cerveau qui peut conduire à la maladie d’Alzheimer.

Le gain de poids lié au stress est également une réalité et se traduit généralement par de la graisse abdominale, qui est la plus dangereuse pour la santé, et qui augmente notamment les risques cardiovasculaires.

Le stress peut provoquer des troubles gastriques

La liste ci-dessus, établie par le Dr. Sapolsky, inclut logiquement des problèmes digestifs puisque la réponse au stress provoque en effet un certain nombre de réactions néfastes dans les intestins, notamment :

  • La diminution de l’absorption des nutriments
  • La diminution de l’oxygénation des intestins
  • Jusqu’à quatre fois moins d’afflux flux sanguin vers le système digestif, ce qui ralentit le métabolisme
  • La diminution de la production d’enzymes digestives

Le stress modifie la réponse immunitaire et le comportement cellulaire

Le stress est impliqué dans le cancer, non pas qu’il en soit une cause mais parce qu’il semble encourager sa croissance (ou entraver des processus qui pourraient autrement le ralentir).

Par exemple, les hormones du stress norépinéphrine et épinéphrine favorisent la croissance des vaisseaux sanguins qui participent au développement des tumeurs prostatiques.

Par contre, Science News a rapporté que, parmi des femmes présentant une tuméfaction pelvienne (en attente de tests pour déterminer si les tuméfactions étaient cancéreuses ou bénignes), celles bénéficiant d’un bon soutien social (et probablement donc moins stressées) possédaient de plus nombreuses cellules immunitaires attaquant la tumeur.

Il a été également démontré que le stress multiplie par 30 le risque de propagation du cancer, ou de métastases, qui est une cause majeure de décès des suites d’un cancer.

Le stress chronique perturbe également le signal envoyé par le cortisol. En cas d‘exposition à un excès de cortisol, certains récepteurs de cellules deviennent muets, y compris les récepteurs des cellules immunitaires.

C’est l’une des raisons pour laquelle les personnes stressées ont deux fois plus de risques de développer un rhume lorsqu’elles sont exposées à son virus, que des personnes non stressées.

Facteurs d’amplification du stress

Le Dr. Sapolsky explique que vous êtes plus vulnérable au stress dans les cas suivants :

  • Le sentiment de ne rien contrôler
  • Vous n’avez aucune information sur ce qui vous attend (à quel point le problème va être difficile, combien de temps va-t-il durer, etc.)
  • Avoir le sentiment de ne pas avoir de solution
  • Vous avez l’impression que les choses empirent
  • Vous n’avez personne à qui vous confier

Les personnes qui sont en haut de l’échelle sociale ont un plus grand sentiment de contrôle puisque ce sont eux qui mènent la barque ; de même, ils ont généralement un réseau social plus important et de plus nombreuses ressources disponibles.

Ils sont donc moins exposés au stress, ce qui, à long terme, se traduit par un nombre de maladies moindre.

La dopamine

Le stress est également étroitement lié au sentiment de plaisir, qui dépend lui-même de la liaison entre la dopamine et les récepteurs du plaisir du cerveau.

Les personnes appartenant à un milieu socio-économique plus modeste semblent tirer moins de plaisir de leur vie.

C’est peut-être la raison pour laquelle la thérapie du rire est si efficace pour évacuer le stress.

Les émotions positives

Voyons le bon côté des choses, les émotions positives telles que le bonheur, l’espoir et l’optimisme, provoquent également des changements dans les cellules, provoquant même la libération de substances chimiques du bien-être dans le cerveau.

Bien que l’on puisse créer un bonheur artificiel (et temporaire) en prenant des drogues ou en buvant de l’alcool, par exemple, les mêmes hausses d’endorphines et de dopamine peuvent être atteintes par le biais d’habitudes saines telles que le sport, le rire, les étreintes et les baisers, le sexe, ou en tissant des liens avec son enfant.

Je trouve ce monsieur très intéressant, il donne tout un tas de choses sur les symptômes liés au stress commun et sur les cas les plus graves.

Vous pouvez bien évidement retrouver l’ensemble de cet article sur son site internet french.mercola.com qui se trouve être aussi une source d’inspiration pour moi.

Il offre aussi tout un tas de conseils pertinent qui ne manquerons pas de vous aider dans votre vie.

Les méthodes douces contre le stress chronique

Pour lutter contre le stress chronique, la première chose à faire, c’est de diminuer les excitants.

Fini les quatre tasses de café par jour ! On préfèrera boire une tisane l’après-midi ou un jus de fruit.

Le sport est aussi une excellente méthode pour canaliser ses angoisses.

Vous pouvez vous mettre au yoga ou à la sophrologie pour apprendre à respirer.

Autre possibilité, vous pouvez essayer la méditation.

Cette pratique connaît un grand succès depuis peu.

Seule ou en groupe, la médiation permet de se déconnecter de son environnement et de se recentrer sur l’essentiel.

Vous êtes ainsi coupée des bruits et des turpitudes du monde extérieur.

Pratiquée régulièrement, cette méthode serait efficace contre le vieillissement du cerveau.

Elle est dans tous les cas particulièrement propice pour maîtriser ses émotions.

La totalité de l’article est disponible sur cosmopolitan.com.

J’ai trouvé pertinent de montrer une partie de cet article qui me parait utile, il et bien en accord avec ma vision de la lutte contre le stress chronique.

Stress chronique et maladies

Les mécanismes physiologiques en cause dans le stress chronique sont nombreux et peuvent contribuer à une grande variété de dérèglements, dans tous les systèmes.

Voici ceux que l’on cite le plus couramment :

Accélération du vieillissement.

Le stress augmente le dommage oxydatif, c’est-à-dire le vieillissement et la mort des cellules causés par les radicaux libres.

Déficit nutritionnel.

Pour produire l’énergie demandée par la situation, le corps métabolise plus rapidement les éléments nutritifs, ce qui peut se solder par un manque d’acides aminés, de potassium, de phosphore, de magnésium, de calcium, d’électrolytes et de vitamines du complexe B, entre autres.

Par ailleurs, les nutriments essentiels sont moins bien absorbés en période de stress.

Déficit immunitaire.

Le cortisol produit en réponse au stress peut causer un affaiblissement du système immunitaire :

Le corps devient alors plus susceptible aux agents infectieux, bénins ou graves, et aux différents types de cancer.

À un niveau très simple, on sait que les personnes stressées souffrent plus fréquemment du rhume.

Ulcères d’estomac.

Même si on sait maintenant que la plupart des ulcères sont causés par la bactérie Helicobacter pylori, le stress est un élément qui peut contribuer à l’apparition des ulcères gastriques et à la difficulté à les soigner.

Le stress est aussi reconnu pour jouer un rôle dans les brûlures d’estomac.

Problèmes gynécologiques.

On observe parfois de l’aménorrhée (l’arrêt des menstruations) chez les femmes stressées.

Aussi, hommes et femmes stressés sont plus à même de vivre des périodes d’infertilité.

Problèmes de santé mentale.

On croit que le stress répété peut entraîner des changements de structure dans le cerveau et, progressivement, occasionner des symptômes plus graves : de l’anxiété, des crises de panique, des phobies, de la dépression, des dépendances, des troubles de l’alimentation (anorexie/boulimie).

Maladies à composante psychosomatique.

La cause des maladies suivantes est multifactorielle et le stress peut contribuer à leur exacerbation ou à leur composante de chronicité : l’asthme, le psoriasis, l’arthrite rhumatoïde, le syndrome de fatigue chronique, la maladie de Crohn, la fibromyalgie, la migraine, la colite ulcéreuse, le syndrome prémenstruel, l’obésité, etc.

Aggravation de maladies.

Bien que le stress seul cause rarement une maladie grave, on sait maintenant qu’il peut jouer un rôle dans la susceptibilité à plusieurs de celles-ci (dont l’hypertension, les maladies cardiovasculaires, le diabète de type II et le cancer), et qu’il peut en accélérer l’évolution.

Rendez-vous sur passeport santé.net.

ils ont une très grande connaissance dans le domaine du stress, il font toujours du contenu d’excellente qualité, je ne peux que les recommander.

Conclusion : Les remèdes naturels face au stress chronique.

Nous allons attaquer la partie des solutions pour venir à bout du stress chronique.

Pour commencer, il va falloir pour vous mettiez en place des habitudes « constructives ».

  • Organisez vous une séance de sport quotidienne, par exemple: 1 jours sur 3, 1 séance de jogging de 30 minute

Le sport va vous faire un bien fou, il va vous aider à évacuer la pression accumulée au fil de la semaine ou de la journée.

  •  Faites une sieste tous les jours de 20 minute, même si vous n’êtes pas fatigué.

Le fait de faire une sieste détendra vos muscles, et de ce fait, la tension du corps retombera.

Comme je l’ais déjà dit dans un autre article, le corps et le cerveau fonctionnent en simultané.

Si vous détendez votre corps, le stress va retomber obligatoirement, c’est une loi physiologique.

  • La respiration lente est un facteur essentiel pour se détendre.

Le fait de contrôler sa respiration engendre un rythme cardiaque normal.

Plus votre rythme cardiaque est haut, plus votre système nerveux central suivra la cadence.

Cela déclenchera inévitablement certains réflexes primaires comme le typique « fuite/combat », etc…

PS: Si vous voulez des moyens efficaces qui ont fonctionné pour des dizaines de personnes.

Vous pouvez aussi vous rendre sur le Blog pour voir beaucoup plus d’articles sur le stress, la relaxation, etc.